Forum, Cours, Pratique, TD, stage des étudiants infirmiers au Maroc, France, Canada, Algerie.



ifcsdance
Merci de vous inscrire ou vous connectez pour voire les liens et les images manquantes et aussi pour ajouter des sujets et des messages
Merci d'agréer

seringue




Forum, Cours, Pratique, TD, stage des étudiants infirmiers au Maroc, France, Canada, Algerie.

Forum, Cours, Pratique, TD, stage des étudiants infirmiers au Maroc, France, Canada, Belgique, Algerie, etc ........
 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Notre nouveau Forum
Sondage
Vous êtes de sexe féminin ou masculin?
- Féminin
64%
 64% [ 1052 ]
- Masculin
36%
 36% [ 587 ]
Total des votes : 1639
Photo humour
Photo humour

Partagez | 
 

 L'hépatite B

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yassa
Débutant
Débutant
avatar

Cheval
Messages : 8
Points : 239610
Age : 39
Ville d'IFCS : algerie

MessageSujet: L'hépatite B   Sam 19 Mar - 20:45

Les hépatites virales



Une hépatite est une inflammation du foie causée soit par des substances toxiques, soit par des virus et c'est la majorité des cas
a ce jour, un total de six virus provoquant une infection ciblée et une inflammation du foie ont été identifiés. Ces virus, désignés par les lettres A, b, c, d, e et g, diffèrent par leur mode de transmission et leur agressivité.

dès que les virus introduits dans le sang atteignent le foie, ils pénètrent dans ses cellules, les hépatocytes, et s'y multiplient. Le système immunitaire qui assure les défenses de l'organisme détruit alors les cellules infectées, ce qui provoque l'inflammation du foie. les symptômes durent plusieurs semaines: jaunissement de la peau et des yeux (jaunisse), urines foncées, fatigue extrême, nausées, vomissements et douleurs abdominales. Certains virus peuvent conduire à un état de porteur chronique signifiant que le sujet ne se débarrasse jamais du virus et peut développer de nombreuses années plus tard une cirrhose ou un cancer du foie. Dans le cas des virus de l'hépatite b et de l'hépatite c, les porteurs chroniques risquent de développer une cirrhose hépatique avec un risque de cancer du foie
Hépatite B



L'hépatite B est une maladie grave du foie causée par le virus de l'hépatite B (VHB). Elle est extrêmement infectieuse et se transmet par les rapports sexuels ou le contact avec du sang ou des liquides organiques infectés. Quoique le VHB puisse infecter les personnes de tous âges, les jeunes adultes et les adolescents courent le plus grave risque. Le VHB attaque directement le foie, provoquant une maladie grave, des lésions hépatiques et dans certains cas la mort. Bien qu'il n'y ait pas de remède pour l'hépatite B, il existe un vaccin sûr et efficace pour prévenir la maladie

Causes

Le virus de l’hépatite B se transmet principalement par voie sexuelle ou sanguine. En effet, les seules sécrétions ou liquides corporels qui permettent de transmettre le virus sont le sang, le sperme, les sécrétions vaginales, la salive et les liquides issus d’une plaie. Pour qu’il y ait transmission, il faut donc qu’un de ces liquides chez le malade passe dans le sang d’une personne saine. La transmission de la mère à l’enfant est aussi possible mais un traitement précoce par immunoglobulines suivi d’une vaccination permet d’éviter la maladie.

Comme souvent, certains pays sont plus touchés que d’autres compte-tenu des difficultés à faire appliquer les règles de prévention et du manque de moyens. L’Afrique, l’Asie et l’Amérique du Sud sont ainsi les plus touchées.

Les précautions à prendre pour éviter la transmission sont une utilisation systématique de préservatifs pendant les rapports sexuels et d’éviter l’échange de seringues usagées. Des mesures de sensibilisation et d’éducation sont souvent menées chez les populations à risques (toxicomanes aux drogues injectables, etc.).

Chez l’entourage du malade, il faut éviter l’échange de matériels en contact avec le sang (brosses à dents, rasoirs, ciseaux à ongles, matériel d‘épilation, etc.).
Les symptômes



Bien qu’elle touche aujourd’hui plus de 2 milliards de personnes dans le monde l’hépatite chronique B est une maladie silencieuse. Il est en effet très difficile de savoir si l’on a été infecté par le virus de l’hépatite B. La grande majorité des patients mettent des années avant d’apprendre qu’ils en sont porteurs, malgré des lésions du foie déjà avérées.


Environ la moitié des personnes atteintes par le virus de l’hépatite B l’ignore.


Seules 30% des personnes infectées présentent des signes ou symptômes de l’infection.

C’est dire l’importance d’un dépistage précoce pour chaque personne qui pense avoir été en contact avec le virus de l’hépatite B.

Les signes de l’hépatite B se manifestent environ 3 mois après l’exposition au virus (mais ce délai peut aller de 6 semaines à 6 mois). Ils peuvent être anodins ou sévères. Parmi les plus fréquents


La fièvre


Une sensation de fatigue


La perte d’appétit


Des nausées ou douleurs abdominales


Des maux d’estomac ou des diarrhées


La perte de poids


Une jaunisse ou un ictère (jaunissement du blanc de vos yeux)


Des urines foncées


Des selles argileuses ou blanchâtres


Des douleurs articulaires ou musculaires

Certains symptômes peuvent être confondus avec ceux de la grippe, ce qui rend la maladie réellement difficile à diagnostiquer.
Le diagnostic



Il y'a deux possibilités de diagnostic : soit une hépatite aiguë, soit une hépatite chronique souvent passée inaperçue depuis le moment de la contamination.
Face à une grande
fatigue ou à une jaunisse le médecin va d’abord effectuer un examen clinique : il palpe le foie et soumet son patient à un interrogatoire rigoureux. Ensuite, en cas de doute, des examens complémentaires peuvent être demandés.

Une prise de sang
grâce à laquelle, certains marqueurs vont être étudiés : les transaminases (des enzymes dont l'augmentation traduit la destruction des cellules du foie) et la bilirubine (un pigment présent dans la bile et dans le sérum (c’est l’accumulation de la bilirubine dans les cellules qui donne la couleur jaune de la peau et des muqueuses, lors d’un ictère.
L’analyse du sang permettra de déceler la présence du
virus (« Antigène HBs ») et la présence d’anticorps spécifiques de l’hépatite. Les anticorps, c’est l’arme de défense de l’organisme, face aux agresseurs viraux ou bactériens.

Lorsqu’il y a contamination par le
virus de l’hépatiteB des anticorps spécifiques sont fabriqués par l’organisme :

En cas d'hépatite aiguë, des anticorps « anti-HBc IgM », signalant une contamination récente.

En cas d'hépatite chronique ces anticorps récents sont absents.

En cas d'hépatite aiguë, le risque immédiat est l'hépatite fulminante.



On fait le diagnostic par les symptômes (troubles de la conscience) et par la prise de sang (chute des facteurs de la coagulation normalement fabriqués par le foie). Des soins en urgence sont indispensables.
Le risque à moyen terme de l'hépatite aiguë est le passage à la chronicité. Le diagnostic se fait par la persistance du
virus dans le sang 6 mois après l'épisode aigu.

En cas d'hépatite
chronique le risque est l'évolution vers la cirrhose du foie et ses complications.


Pour avoir un diagnostic précis, connaître l’état de santé du foie et l’évolution de l’hépatite, le médecin spécialiste prélève un petit morceau de foie, en effectuant une biopsie, sous anesthésie locale.
Heureusement, le diagnostic se fait de plus en plus avec des méthodes « non agressives », comme le
FibroScan (échographie mesurant la « dureté » du foie) ou leFibroTest (prise de sang), ces méthodes étant validées pour l’hépatiteC et en cours de validation pour l'hépatite

Dans les hépatites chroniques peu actives : on surveille à l'aide de prises de sang (transaminases, recherche périodique du virus), en évitant alcool et médicaments risquant d'être toxiques pour le foie ou transformés par lui. Dans l'hépatite B agressive, un traitement spécifique avec interféron et ribavirine aboutit à 30 à 40 % de réussite, sachant qu'il y a des bons et des mauvais répondeurs que l'on sait maintenant définir à l'avance afin d'adapter le traitement. En cas d'échec de l'association interféron-ribavirine, on utilise alors des antiviraux comme l'adénise-arabinoside ou la lamivuline. Chez les personnes ayant développé une hépatite chronique et dont les fonctions hépatiques sont détériorées avec un foie présentant une fibrose, on est parfois obligé de recourir à la greffe de foie. Dans les formes fulminantes, le traitement se fait en service de réanimation, en raison de l'insuffisance hépatique aiguë, avec parfois greffe de foie. Les traitements actuels de l'hépatite chronique B étant coûteux et seulement partiellement efficaces.
Prévention



Il faudrait administrer le vaccin contre l’hépatite B à tous les nourrissons: c’est le fondement de la prévention. On peut l’administrer en trois ou quatre doses, dans le cadre des calendriers de vaccination systématique en vigueur. Dans les régions où il y a fréquemment transmission de la mère à l’enfant, la première dose doit être administrée le plus tôt possible après la naissance (c’est-à-dire dans les 24 heures).

La vaccination complète induit une concentration protectrice en anticorps chez plus de 95 % des nourrissons, des enfants et des jeunes adultes. Après l’âge de 40 ans, la protection induite par la vaccination primaire passe en dessous de 90%. À 60 ans, seuls 65 à 75% des sujets vaccinés conservent une concentration suffisante en anticorps. La protection dure au moins 20 ans et devrait se maintenir toute la vie.

Il convient de vacciner tous les enfants et les adolescents de moins de 18 ans qui ne l’ont pas encore été. Il faut également vacciner les personnes appartenant à des groupes exposés à un risque élevé comme:

Les personnes ayant un comportement sexuel à risque;

Les partenaires et personnes vivant sous le même toit que des personnes infectées par le virus de l’hépatite B;

Les consommateurs de drogues injectables;

Les personnes qui ont besoin fréquemment de transfusions ou de produits sanguins;

Les receveurs de transplantations d’organes;

Les personnes exposées à un risque professionnel, dont les personnels de santé;

Les voyageurs se rendant dans des pays où il y a un taux élevé d’infection par le virus de l’hépatite B.

Le vaccin est extrêmement sûr et efficace. Depuis 1982, plus d’un milliard de doses ont été administrées dans le monde. Dans bien des pays où 8 à 15% des enfants devenaient des porteurs chroniques, la vaccination a permis de ramener cette proportion à moins de 1%.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oussama
Admin
Admin
avatar

Cheval
Messages : 366
Points : 293920
Age : 27
Ville d'IFCS : Marrakech

MessageSujet: Re: L'hépatite B   Mer 5 Oct - 20:49

ifcsi

______________________________________________________________




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
ForumInfirmier.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.foruminfirmier.com
 
L'hépatite B
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vaccinée contre l'Hépatite B
» Hépatite B
» Sérologie Hépatite B
» vaccination délai pour la sérologie de l'hépatite B
» probleme pour les vaccins et delais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum, Cours, Pratique, TD, stage des étudiants infirmiers au Maroc, France, Canada, Algerie. :: Cours + stages + examen + Polyvalents :: Pathologies :: Phathologies médicales-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit