Forum, Cours, Pratique, TD, stage des étudiants infirmiers au Maroc, France, Canada, Algerie.



ifcsdance
Merci de vous inscrire ou vous connectez pour voire les liens et les images manquantes et aussi pour ajouter des sujets et des messages
Merci d'agréer

seringue




Forum, Cours, Pratique, TD, stage des étudiants infirmiers au Maroc, France, Canada, Algerie.

Forum, Cours, Pratique, TD, stage des étudiants infirmiers au Maroc, France, Canada, Belgique, Algerie, etc ........
 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Notre nouveau Forum
Sondage
Vous êtes de sexe féminin ou masculin?
- Féminin
64%
 64% [ 1052 ]
- Masculin
36%
 36% [ 587 ]
Total des votes : 1639
Photo humour
Photo humour

Partagez | 
 

 ATTAQUE CEREBRALE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oussama
Admin
Admin
avatar

Cheval
Messages : 366
Points : 300320
Age : 27
Ville d'IFCS : Marrakech

MessageSujet: ATTAQUE CEREBRALE   Lun 3 Jan - 20:23

ATTAQUE CEREBRALE


Le cerveau

Le cerveau forme avec la moelle épinière le système nerveux central. C'est l'organe de commande de toutes les fonctions de notre corps, comme par exemple le mouvement, la parole, la sensibilité ou la vue. Chaque partie du cerveau est spécialisée dans des tâches particulières. Une blessure du cerveau entraîne la défaillance de la fonction de la région concernée.

On peut différencier plusieurs sections principales dans l'encéphale : le cerveau, le cervelet et le tronc cérébral qui sert de «poste de commutation» et se prolonge par la moelle épinière. L'encéphale est enveloppé par les méninges et entouré par la capsule osseuse crânienne.
La «centrale» de l'encéphale est le cerveau, qui est particulièrement bien développé chez l'homme et séparé par une profonde fissure en deux hémisphères marqués de sillons. La moitié gauche du cerveau est responsable de la pensée verbale, la moitié droite de la pensée figurative. Il est remarquable que les commandes de l'hémisphère cérébral gauche s'exercent sur la moitié droite du corps, tandis que la musculature de la moitié gauche du corps reçoit ses impulsions de l'hémisphère cérébral droit.
Les deux moitiés du cervelet agissent comme médiateur. Elles commandent l'équilibre, le déroulement du mouvement et l'état de tension des muscles.

Le tronc cérébral se compose du mésencéphale, du pont et de la moelle épinière allongée. Il est notamment le centre de la circulation et de la respiration. Avec l'hypophyse (une importante glande sécrétant des hormones), le diencéphale commande les processus métaboliques.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Qu'est-ce qu'une attaque cérébrale ?

Pour pouvoir remplir ses fonctions, le cerveau a besoin de beaucoup
d'énergie. Pourtant, le cerveau est justement l'organe du corps le
moins capable d'en «stocker». Il est donc dépendant d'un apport continu d'oxygène et de substances nutritives (comme le sucre). Le sang que le cœur pompe à travers les artères dans toutes les parties du corps les lui fournit. Bien que le cerveau soit comparativement de petite taille, cet organe nécessite presque le quart de la quantité de sang que le cœur expulse à l'état de repos !

Une attaque cérébrale se produit quand l'apport sanguin est interrompu dans une région du cerveau. Les cellules nerveuses de la zone touchée reçoivent trop peu ou pas du tout d'oxygène et de substances nutritives. Elles sont endommagées et périssent si l'irrigation sanguine n'est pas rétablie en l'espace de quelques minutes.
Les fonctions corporelles qui sont perturbées après une attaque cérébrale et la sévérité des séquelles dépendent de l'étendue et de la situation de la région touchée : un tiers des attaques qui surviennent chaque année en Suisse (environ 12 500) sont mortelles. Les cellules cérébrales ne pouvant pas se renouveler, de nombreux patients - un sur quatre environ - gardent un handicap sévère après une attaque et ne sont plus en mesure de mener une vie autonome.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Les différentes formes d'attaque cérébrale

Selon la cause et le lieu de l'événement, on différencie plusieurs sortes d'attaques cérébrales :

Infarctus ischémique

Quatre cinquièmes des attaques sont déclenchées par une thrombose ou une embolie. Elles constituent le groupe principal des «infarctus cérébraux ischémiques» (ischémique = par insuffisance d'irrigation sanguine).

On parle de thrombose cérébrale quand un caillot sanguin, appelé
«thrombus», bloque l'arrivée de sang dans une artère du cerveau. De
tels caillots sanguins se forment essentiellement dans les vaisseaux
qui sont rétrécis par des dépôts artériosclérotiques. Les régions
cérébrales situées en aval du vaisseau cérébral bouché ne sont plus
irriguées ou le sont insuffisamment. Ce processus peut se dérouler en
quelques minutes ou en quelques heures.

L'embolie est le deuxième facteur d'infarctus cérébral ischémique en fréquence. Les troubles du rythme cardiaque (p. ex. fibrillation auriculaire) comportant un pouls irrégulier sont souvent la cause d'une embolie cérébrale. La fibrillation auriculaire provoque une moins bonne vidange du sang hors de l'auricule. Le sang «resté en place» peut alors s'agglutiner et former un caillot sanguin qui se détache, «migre» dans le cerveau avec le sang (embolie) et bouche un vaisseau sanguin à cet endroit. Mais le caillot sanguin peut aussi se former plus haut, par exemple dans une artère du cou et se détacher à partir de là.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Hémorragie cérébrale

Une hémorragie cérébrale est nettement moins souvent à l'origine d'une attaque cérébrale qu'un infarctus ischémique. On parle d'hémorragie cérébrale quand un vaisseau éclate dans le cerveau et que le sang s'y épanche. Il se produit alors une lésion locale de la substance cérébrale. Des modifications artériosclérotiques des vaisseaux cérébraux, différentes maladies du sang, des traitements par des médicaments anticoagulants, des tumeurs ou des blessures du crâne font partie des facteurs déclenchants les plus fréquents d'une hémorragie cérébrale.

Hémorragie sous-arachnoïdienne

Une hémorragie sous-arachnoïdienne peut aussi être la cause d'une attaque cérébrale. Un vaisseau menant au cerveau éclate ici. Le sang s'épanche dans l'espace rempli de liquide, situé entre la méninge externe (arachnoïde) et la méninge interne, mais non dans le cerveau lui-même.
Les causes les plus fréquentes d'hémorragies dans l'espace sous-arachnoïdien sont les dilatations sacciformes des parois artérielles, appelées «anévrismes».

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Reconnaître et prévenir les risques

Tout
d'abord une bonne nouvelle : à l'encontre d'une idée fréquente reçue,
la survenue d'une attaque cérébrale n'est pas une fatalité à laquelle
nous sommes exposés sans pouvoir nous défendre. On sait qu'à peu près
la moitié des attaques cérébrales pourraient être évitées par un mode
de vie sain. Si l'on veut se prémunir d'une attaque cérébrale, il faut
donc connaître ses facteurs de risque. Des modifications adéquates du
comportement ou du style de vie ou un traitement médical permettent
d'éliminer ou au moins de modifier favorablement la plupart d'entre
eux. Mais il y a aussi des facteurs sur lesquels nous n'avons aucune
emprise.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Les deux facteurs de risque non modifiables

Age

Théoriquement,
tout le monde peut avoir une attaque cérébrale depuis les nourrissons
jusqu'aux personnes très âgées. L'attaque n'est pas purement une
«maladie du vieillissement». A l'inverse, il est vrai que la
probabilité d'avoir une attaque s'élève nettement avec l'âge. Cela est
lié au processus de vieillissement des vaisseaux et au risque accru de
troubles de l'irrigation sanguine qui y est rattaché. Il n'y a
malheureusement pas de «fontaine de jouvence» pour échapper au
vieillissement. Mais un mode de vie sain nous permet de préserver le
plus longtemps possible la bonne forme de nos vaisseaux et de notre
corps.

Prédisposition héréditaire

On
ne peut pas non plus agir sur une prédisposition héréditaire. Elle
existe le plus souvent quand plusieurs proches consanguins ont été
atteints d'une attaque cérébrale ou d'un infarctus du myocarde, surtout
si ceux-ci se sont produits avant 55 ans pour les femmes et avant 45
ans pour les hommes. Il est d'autant plus important pour les personnes
ayant une prédisposition héréditaire de veiller à avoir un mode de vie
sain et d'éviter tous les facteurs de risque modifiables.

Les dix principaux facteurs de risque modifiables

La
majorité des troubles de l'irrigation sanguine ont pour cause
l'athérosclérose (appelée aussi artériosclérose). Ce processus
insidieux et non perceptible s'étend sur des années, voire des
décennies. Sous l'effet de différents facteurs favorisants, des
substances graisseuses se déposent et s'accumulent dans la couche
interne lisse des artères (endothélium). Suite à une incorporation de
cellules sanguines, conjonctives et musculaires, ces substances se
transforment en plaques, lesquelles rétrécissent les vaisseaux et
réduisent le débit sanguin. Si un caillot sanguin se bloque à l'endroit
d'un rétrécissement, l'irrigation sanguine s'arrête complètement. Cela
a pour conséquence menaçante une attaque cérébrale s'il s'agit d'un
vaisseau cérébral ou un infarctus du myocarde si l'obstruction se
produit dans un vaisseau coronaire. Il se peut aussi que les plaques se
rompent et qu'un caillot sanguin se forme à cet endroit, entraînant les
mêmes répercussions gravissimes.

Les facteurs décrits dans les
pages suivantes jouent un rôle important dans le développement d'une
athérosclérose. Nous pouvons les modifier favorablement ou au moins les
diminuer en partie par notre comportement.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Hypertension artérielle


On
parle d'hypertension artérielle lorsque la valeur supérieure
(systolique) de la tension est égale ou supérieure à 140 mm Hg
(millimètres de mercure) et/ou que la valeur intérieure (diastolique)
est égale ou supérieure à 90 mm Hg lors de mesures répétées.
L'hypertension artérielle est le principal facteur de risque de
l'attaque cérébrale. Lorsque les parois artérielles sont constamment
soumises à une pression élevée par le courant sanguin, elles durcissent
et s'épaississent. Des substances graisseuses se déposent et
l'athérosclérose débute. Par ailleurs, il peut arriver que la couche
interne des artères (endothélium) soit blessée ou qu'une paroi
vasculaire endommagée éclate sous l'effet de la pression et qu'une
hémorragie se produise.

Ce que vous pouvez faire :

Il
est important de se faire prendre la tension artérielle une fois par an
pour pouvoir dépister déjà une hypertension artérielle ; car une
hypertension artérielle ne se sent pas. Les femmes enceintes et les
femmes prenant la «pilule» comme moyen contraceptif doivent se faire
prendre régulièrement la tension artérielle.

Lorsque l'on
constate une hypertension artérielle, la perte d'un excès de poids
permet parfois déjà de normaliser la tension artérielle si
l'hypertension est seulement légère. Chez certaines personnes, une
réduction du sel dans l'alimentation (le sel peut souvent être remplacé
par des épices et des herbes) et une limitation de la consommation
d'alcool à deux verres de vin par jour au maximum sont parfois aussi
suffisantes.

Une activité physique régulière d'une part et des
moments de détente d'autre part ont également un effet positif sur la
tension artérielle. Toutefois, ces modifications du style de vie ne
suffisent pas toujours. La prise conséquente d'un médicament
hypotenseur (abaissant la tension artérielle) est alors nécessaire pour
ramener la tension artérielle à une valeur normale.

Diabète (surtout le diabète de type II)


Le
diabète sucré est dû à une carence ou à un trouble de l'utilisation
d'une hormone, l'insuline. L'insuline est nécessaire pour que le sucre
(glucose) contenu dans le sang puisse parvenir dans les cellules du
corps. C'est donc en quelque sorte la clé qui permet l'accès du glucose
aux cellules. En cas de carence en insuline, le taux de sucre dans le
sang (la glycémie) augmente proportionnellement (diabète de type I). Le
trouble d'utilisation de l'insuline conduit aussi à la longue à des
lésions vasculaires et à des troubles du métabolisme des graisses. Les
personnes d'âge moyen peuvent déjà être atteintes de ce diabète type II
ou «diabète de la maturité». Les personnes ayant un excès de poids sont
particulièrement menacées.

ce que vous pouvez faire :

Pour
prévenir un diabète de type II ou le tenir en échec, le médecin vous
recommandera de changer vos habitudes alimentaires, de contrôler votre
poids, si nécessaire de maigrir, et de pratiquer une activité physique
régulière. Dans quelques cas, des médicaments sont nécessaires.

Maladie cardiaque


L'existence
d'une maladie cardiaque ainsi que de troubles du rythme cardiaque
s'accompagne d'un risque accru d'attaque cérébrale. Les caillots
sanguins formés dans le cœur et les vaisseaux peuvent être transportés
par la circulation sanguine jusqu'au cerveau où ils interrompent
l'arrivée de sang.

Ce que vous pouvez faire :

Si
l'on a constaté chez vous une maladie coronarienne (angine de poitrine,
infarctus du myocarde) ou un trouble du rythme cardiaque, vous devez
supprimer autant que possible les facteurs de risque et suivre
fidèlement le traitement recommandé par le médecin.
L'alimentation saine a un goût de vacances !


Les
maladies cardio-vasculaires surviennent avec une fréquence nettement
plus faible chez les personnes vivant autour du pourtour méditerranéen
que chez nous et dans la population vivant plus au nord. L'explication
essentielle à cette différence réside dans l'alimentation
méditerranéenne. Elle consiste essentiellement à passer d'une
alimentation comportant beaucoup de graisses, de viande, de sel et de
sucre, à un régime riche en fibres alimentaires et comprenant beaucoup
de fruits, de salade, de légumes et de produits complets à base de
céréales. L'utilisation préférentielle d'acides gras insaturés (p. ex.
contenus dans l'huile d'olive, de colza et de tournesol) au lieu
d'acides gras saturés (dans les aliments d'origine animale), un plat de
poisson deux fois par semaine et un verre de vin rouge tous les jours
sont d'autres caractéristiques de cette cuisine particulièrement saine
pour les vaisseaux et encore plus délicieuse.

______________________________________________________________




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.foruminfirmier.com
 
ATTAQUE CEREBRALE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vers un vaccin contre la tumeur au cerveau.
» Rendus muets par une attaque cérébrale, la musique leur rend la parole
» qu'est-ce que vous attendez pour passer a l'attaque ?
» "Fusilier en colonne d'attaque en JUIN 1815"
» Le G20 s'attaque aux déséquilibres mondiaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum, Cours, Pratique, TD, stage des étudiants infirmiers au Maroc, France, Canada, Algerie. :: Cours + stages + examen + Polyvalents :: Pathologies :: Phathologies médicales-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit